Lancement d’Un enfant Une place Nouveau-Brunswick

MONCTON, LE 24 NOVEMBRE 2022 – Un nouvel organisme provincial voué à la promotion et la défense des services de garde voit le jour au Nouveau-Brunswick afin de soutenir l’expansion des services de garde à l’enfance de qualité élevée, inclusifs et abordables dans la province.

« Le gouvernement du Nouveau-Brunswick utilise de nouveaux fonds fédéraux afin d’apporter des changements importants aux réseaux de services de garde de la province. Nous pensons qu’il est important et tout indiqué de se doter d’un organisme qui aidera les parents et les autres citoyens à revendiquer les changements voulus », a dit Isabelle Forest, coordonnatrice du nouvel organisme.

Mme Forest a expliqué que la préoccupation en tête de liste du nouvel organisme était le manque de services de garde réglementés au Nouveau-Brunswick.

« L’accord de financement fédéral-provincial qui vise à réduire de 50 % les frais de garde et d’en arriver à un tarif moyen de dix dollars par jour est une excellente mesure pour rendre les services de garde plus abordables. Mais trop peu de familles en profiteront, car il n’y a pas suffisamment de places pour les familles qui en veulent et qui en ont besoin, a-t-elle dit. Notre gouvernement provincial doit élaborer et mettre en œuvre sans délai un plan global pour ouvrir de nouvelles garderies à but non lucratif, comme le prévoit l’accord de financement. Et il doit le faire en prenant en compte les besoins des enfants, des parents, des employeurs et des municipalités ».

Mme Forest a souligné que l’expansion des réseaux de services de garde exigera également une stratégie de main-d’œuvre pour le secteur.

« Le plus gros obstacle qui nous empêche de répondre à la demande de services de garde réglementés est la pénurie croissante d’éducatrices à la petite enfance qualifiées, affirme Mme Forest. Difficile de voir comment on pourra mettre sur pied de nouvelles garderies quand celles qui existent déjà ne parviennent pas à retenir leur personnel à cause des faibles salaires et des conditions de travail médiocres dans le secteur ».

Mme Forest a dit que l’augmentation des salaires des éducatrices annoncée récemment est une étape prometteuse, mais que la rémunération demeure insuffisante pour convaincre des personnes de travailler dans le secteur des garderies communautaires ou pour y rester bien longtemps.

Le nouvel organisme provincial porte le nom d’Un enfant Une place, Nouveau-Brunswick. Il s’agit d’une branche provinciale d’Un enfant Une place, l’organisme national de promotion et de défense des services de garde au Canada. Un enfant Une place est une coalition apolitique à but non lucratif, composée de personnes et d’organismes qui réclament des services de garde de qualité élevée en anglais et en français, offerts à prix abordable, et accessibles à tous ceux et toutes celles qui en veulent. De plus, Un enfant Une place milite en faveur de la mise en œuvre d’un cadre d’apprentissage et de garde des jeunes enfants pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits.

Morna Ballantyne, directrice générale d’Un enfant Une place, se réjouit de la création d’une coalition au Nouveau-Brunswick qui portera la voix de tous ceux et celles qui réclament plus de services de garde de qualité, notamment les mères de jeunes enfants qui ne peuvent pas intégrer le marché du travail ni poursuivre des études sans accès à un service de garde. Elle a dit qu’Un enfant Une place, Nouveau-Brunswick, comme les autres branches de l’organisation, fera tout en son pouvoir pour encourager le gouvernement provincial à instaurer un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants financé et géré par des pouvoirs publics.

« Partout au Canada, les gouvernements provinciaux ont tiré profit de la présence d’un organisme de promotion et de défense des services de garde solidement ancré, a dit Mme Ballantyne. La mise sur pied de la branche du Nouveau-Brunswick n’est qu’un début. Nous continuerons de recruter des membres et de bâtir des partenariats avec d’autres organismes soucieux du bien-être des enfants, de la sécurité économique des familles, de l’égalité entre les sexes, des droits des Autochtones et de services publics de qualité élevée qui répondent aux besoins des citoyens et des collectivités et sont responsables à leur endroit », a-t-elle dit.

Les organismes, les centres d’apprentissage et de garde des jeunes enfants ou les personnes qui souhaitent soutenir Un enfant Une place, Nouveau-Brunswick, ou qui veulent obtenir d’autres renseignements ou adhérer à l’organisme peuvent écrire à nb@childcarenow.ca ou se rendre sur notre site Web nb.childcarenow.ca.

Pour de plus amples renseignements :

Isabelle Forest
Coordonnatrice
Un enfant Une place NB
nb@childcarenow.ca